top of page

Le corps des femmes, mon corps de femme.

Mon histoire personnelle est indissociable de ce que je fais, de ce que je mets en place, de ma sensibilité à la question de la féminité. Bien que celle ci ne se limite pas à la sensualité à travers la danse, en utilisant certains codes vestimentaires, que certains jugeront trop limitant/sexistes,... il n'empêche que le corps et ce que l'on choisit d'en faire est au centre de la question.


En préparant cet article, j'ai repensé à ce reportage sur Juliette Dragon qui m'a tant touché pendant le confinement. Je me suis tellement retrouvée dans ses mots, que j'ai eu envie de prononcer les miens.


Je pense qu'ils ont leur place ici aussi, par ce que la pole et l'exotic ont été et restent pour moi un moyen d'expression, de revendication, et de catharsis.


Je suis née femme, avec un corps que la société passe son temps à juger, il est trop ceci ou trop cela, pas assez ceci ou cela. Ce corps dans lequel j'ai longtemps refusé d'habiter a été critiqué, harcelé, sali, violenté. Le triste parcours commun de la femme moderne.

Et puis la pole a croisé mon chemin. Lentement j'ai appris avec elle à regarder ce corps, à explorer ses capacités, et à le laisser parler.

Il a fallu apprendre à lutter contre ce sentiment de honte et de culpabilité qui vous hante. Il a fallu apprendre qu'il est normal et naturel d'être un être désirant et désirable, qu'il n'y a rien de mauvais lorsque l'on a envie de glamour, de se parer de jolis atours, de prendre soin de soi, d'avoir envie de séduire et d'être séduisante, sexy et sexuelle.

Il aura aussi fallu se mettre à nu devant soi même, et puis devant les autres, pour découvrir à quel point ce corps, mon corps en faite, peut être beau même avec ce que j'estime être des défauts, qu'il peut être aimé sans menace, ni violence, pour ce qu'il est (et ce que nous sommes ensemble).

Depuis quelques années, j'ai décidé d'y habiter, j'en explore chaque recoin, chaque couloir, pour y dépoussiérer quelques trésors. Doucement je l'apprivoise, je l'écoute, je le regarde et je l/m'accepte.

Dans mes publications et mes performances certains y voient parfois de la provocation, de l'indécence, parfois même de l'impudeur, car je montre ce corps que l'on voudrait moins voir, mais dans le fond elles expriment ce qu'on a souvent demander à mon corps de femme de taire.

Et si tout est public sur mes réseaux, que rien n'est caché, si j'ai continué malgré tout, c'est pour qu'à l'image de ce qui se passe dans mes cours, les femmes qui par hasard passeraient par ici et liraient ses quelques lignes, sache que quoi qu'on leur dise, qu'importe les épreuves malheureuses de la vie, elles ont le droit d'être ici et maintenant, elles ont le droit de laisser rayonner la magie qu'il y a au fond d'elles et être enfin ces femmes vivantes de désirs et d'envies.


Ce projet est un cri du cœur, une revendication, une invitation pour chaque femme à s'approprier, ou se ré approprier son corps, à l'aimer malgré tout, à être fière ce qu''il porte et des combats qu'il mène au quotidien, contre la maladie ou non.




Comments


bottom of page